Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer

NICE et LES ANGES

La mer était si bleue,

Et le trottoir devint si rouge,

Un soir, après le feu,

Ce fut des cris, des corps qui bougent,

 

Une tuerie à ciel ouvert,

Des tas de corps, partout parterre,

Des appels au secours,

Des pleurs, des gestes d'amour,

 

Ils ne savaient pas ce qu'il se passait,

Ils ont couru, pleuré, crié,

La mort rodait sur les trottoirs,

Et puis soudain, le désespoir,

 

Ils ont compris ce qu'il avait fait,

Lui l'inconnu, le meurtrier,

Qui au nom de quoi, de qui,

Avait brisé des centaines de vies.

 

Au 14 Juillet 2016 - Nice la Prom : 86 morts après le feu d'artifice

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel