Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

AMITIE - RENCONTRES

  • Imprimer

    L'AMI

    C'était notre ami,

    Avec un grand coeur,

    Près de lui on a rit,

    Et goûté au bonheur,

     

    D'être ensemble le temps d'un été,

    Près des massifs jurassiens,

    On arrivait, les vacanciers,

    Il faisait doux, on était bien !

     

    Dans la maison, je l'entendais,

    Parfois jouer quelques notes,

    Il venait boire le café,

    A toute heure, c'était notre hôte.

     

    Amateur de poésie,

    Et malicieux dans l'âme,

    C'est dans le Doubs qu'il a grandit,

    Et qu'il rencontra une femme,

     

    Qui devint sa douce, sa mie,

    Elle lui donna de beaux garçons,

    Et la famille s'agrandit,

    Au fil du temps et des moissons.

     

    Je pense à lui aujourd'hui,

    L'automne est là, il fait plus frais,

    Restent les photos de notre ami,

    Dans notre coeur, on l'a gardé.

     

     

    1.10.2015

    A Monique, pour l'anniversaire de Jean-marie

  • Imprimer

    CHAPEAU !

    Il met son chapeau,

    Qu'il pleuve ou qu'il fasse beau,

    De paille ou de tissu,

    Chapeau mou, chapeau pointu.

     

    ça lui donne un air distingué,

    Un air de dimanche ensoleillé,

    Dans les rues de son village,

    Il connaît tous les visages.

     

    Jamais avare de bons conseils,

    A l'apéro, sous le soleil,

    Il tient la pige à ses potes,

    Et reste droit dans ses bottes.

     

    Sous son chapeau j'ai découvert,

    Un coeur sensible, un peu amer,

    Chargé d'histoires pas toujours gaies,

    Qui ont marquées ses jeunes années.

     

    Fidèle avec ses amis,

    Philosophe dans les aléas de la vie,

    Il peut surprendre à tout moment,

    Avec son âme de grand enfant.

     

    Monsieur David, je te dis Tu,

    Chez nous, tu es le bienvenu,

    Avec ou sans chapeau,

    C'est toi le roi du sombrero !

     

    5.08.2014 - A David les bons tuyaux

  • Imprimer

    ODE à L'AMITIE

    Chacune a sa place dans mon coeur,

    Elles connaissent mes humeurs,

    Elles pardonnent mes colères,

    Qui ne durent guère.

     

    Elles écoutent mes histoires,

    Elles partagent mes espoirs,

    Elles me tiennent la main,

    Quand je suis chagrin.

     

    Elles sont si différentes,

    Mais toujours si présentes,

    Dans chaque instant de ma vie,

    Il y en a toujours une qui me sourit.

     

    Ce sont mes amies, mes soeurs,

    Celles qui me donnent du bonheur,

    Elles qui ont croisé ma route,

    Elles qui ont chassé mes doutes,

     

    Fidèles et sincères,

    Uniques et entières,

    Partageant mes fous rires,

    Mes larmes et mes délires,

     

    Ce sont mes amies, mes soeurs,

    Elles sont chères à mon coeur,

    Je les aime plus que tout,

    Elles me le rendent beaucoup.

     

     

    4.12.12 - A mes amies

  • Imprimer

    MARIONS-LES !

    Il t'a ouvert ses bras,

    Tu ne le voyais pas,

    Tu es devenue sa reine,

    Tu t'es sentie sereine,


    Tu as enfin osé,

    Tu t'es exprimé,

    Tu as pris ton envol,

    Sans perdre la boussole,


    Tu as longtemps douté,

    Et sans te l'avouer,

    Tu voulais grandir,

    Et ne plus souffrir,


    A pas de velours,

    Est né votre amour,

    Soyez heureux,

    Les amoureux !



    A Nathalie et Maurice

    pour leur mariage 11.08.12

    4.07.12


  • Imprimer

    LE POETE

    Le poète au coeur d'enfant,

    Ne compte plus les ans,

    Il sourit doucement,

    Et laisse passer le temps.

     

    Son esprit s'évade souvent,

    Loin du mal qui lui prend,

    Son beau sourire si franc,

    Puis, tout doucement,

     

    Il sort sur le pas de la porte,

    Regarde le vent qui emporte,

    Les fleurs séchées de trop de soleil,

    Le ciel est bleu, il s'émerveille.

     

    Son compagnon de tous les jours,

    L'accompagne dans son tour,

    Ils vont aller chez les voisins,

    Et discuter de tout, de rien,

     

    Puis la maison va s'agiter,

    Tout le monde va manger,

    Dans le four, la quiche dorée,

    Un doux parfum laisse flotter.

     

    Après il prendra un peu de repos,

    Dans la chambre du haut,

    Jouera un air de piano,

    Do ré mi, la si do...

     

    Le poète au coeur d'enfant,

    Ne compte plus les ans,

    Il m'a conté de jolis mots,

    De belles histoires au fil de l'eau,

     

    Ses écrits, c'est sa fierté,

    Sa vraie seule liberté,

    Son âme d'enfant joyeux,

    N'oublie pas les jours heureux.

     

    A J.Marie V. - 09.2010

     

     

     

     

  • Imprimer

    LA FERMIERE

    Elle ne compte pas ses heures,

    Elle ne compte pas son temps,

    Elle prend son café en douceur,

    Puis s'en va dans les champs.

     

    Elle travaille tous les jours,

    Et prend guère la pause,

    Elle donne beaucoup d'amour,

    Même si elle est morose.

     

    Alors le soir, autour de la tablée,

    Quant tout le monde est réuni,

    Elle prend le temps de discuter,

    Avec la famille et les amis.

     

    Un bout de comté, un verre de vin,

    Dans ce petit coin du Jura,

    Vient le temps de l'amitié et des copains,

    Oubliés un temps les tracas.

     

    Elle ne compte pas ses heures,

    Elle prend son temps,

    Pour donner du bonheur,

    Qui coule au fil des ans...

     

    08.2011 - A Monique V. Fermière moderne et femme multiple du Jura

  • Imprimer

    LA FILLE DE L'EAU

    Fille du vent et de l'eau,

    Puisse tu partir vers d'autres flots,

    Construire une vie douce et apaisée,

    Loin des querelles du passé.

     

    Garde ton sourire qui te va bien,

    Ne retiens pas tes larmes, pleurer ça fait du bien,

    Bat toi pour les bonnes causes,

    Oublie les mauvaises choses.

     

    Regarde devant toi,

    Ton avenir est peut-être là-bas,

    Sur les dunes, dans le sable et les bois,

    Où la mer fait sa loi.

     

    Va, cours, vole vers ton océan,

    Tu n'auras pas toujours 20 ans...

     

    A Emilie F. - 07.2006

     

     

     

  • Imprimer

    LA CINQUANTAINE

    Elle arrive en douce sans qu'on y pense,

    Un demi-siècle d'existence,

    Le passé est passé,

    Au présent, tu dois penser.

     

    Marie-Christine au grand coeur,

    Te voir sourire, c'est un bonheur,

    Reste sincère et généreuse,

    Que te manque t'il pour être heureuse ?

     

    Ta fille a grandit, elle se fait belle,

    Tu lui sens pousser des ailes,

    Mais elle n'est jamais loin longtemps,

    Et aime revenir chez maman.

     

    Ne sois pas triste, tu es libre maintenant,

    Pense un peu plus à toi, c'est pas vieux 50 ans,

    Tu as encore un tas de choses à faire,

    Libère toi et oublie de te taire.

     

    Non, tu n'es pas comme les autres,

    Les différences, on s'en fout, à la nôtre,

    C'est ce qui doit faire ta force, non ta faiblesse,

    Oublie les grincheux, pas de larmes, plus de stress.

     

    C'est ce tout qui te fait unique,

    Tu es belle avec tes cheveux courts et tes piques,

    Les mauvais jours sont derrière toi,

    Plus de temps à perdre, fais les bons choix !

     

  • Imprimer

    TERRES D'AROMES

    C'est un coin de ciel bleu, sous des arbres verts,

    De drôles de dômes ronds, plantés dans une clairière,

    Le chemin sinueux qui te mène jusqu'ici,

    T'ouvre la porte d'un petit paradis.

     

    Tout est calme, sans cri ni heurt,

    Chez Pierre et Olivia, c'est la maison du bonheur,

    On entre, on discute, on se sourit,

    En toute simplicité, sans faire de chichis.

     

    On partage ensemble un repas maison,

    Autour de la table, ça sent bon,

    Les huiles macèrent sur le bord de la fenêtre,

    On admire la lune qui vient d'apparaître.

     

    Les chiens dorment près de la cheminée,

    La chatte joue un air de piano improvisé,

    Chloé joue la nounou avec humour,

    Elles occupent les enfants, tel un troubadour.

     

    Puis arrive le moment de se coucher,

    Chacun avec sa torche part à la nuit tombée,

    Rejoindre sa yourte, sous le clair de lune,

    Rêver de désert sans les dunes.

     

    Sous le ciel étoilé, je m'endors doucement,

    Qu'il fait bon sous la couette maintenant,

    Le temps d'un jour ou deux, j'oublie mon quotidien,

    Ici je prends mon temps, dieu que ça fait du bien !

     

    07.2008 - Weekend en yourte

     

     

     

  • Imprimer

    PETITS BISCUITS

    Une page se tourne, ainsi va la vie,

    Plus que des voisins, vous êtes nos amis,

    Vous avez toujours pensé à nous Colette, dans votre cuisine,

    On a savouré vos biscuits, à s'en lécher les babines.

     

    Dans la résidence, vous avez beaucoup fait,

    De l'eau pour le gazon, Gilou s'y collait,

    Une bise en partant le matin en vitesse,

    J'ai le temps, disait-il, le sourire sans le stress.

     

    Bien sûr qu'on se retrouvera mais moins souvent,

    Finies assiettes garnies pour petits et grands,

    La nouvelle propriétaire va devoir prendre les recettes,

    Car sans vins blancs et roulés, ce n'est pas la fête.

     

    Merci à tous les deux de votre gentillesse,

    Nous vous regardons partir non sans tristesse,

    Ce n'est qu'un au-revoir, on vous dit à bientôt,

    Installez vous bien, on viendra pour l'apéro !

     

    04.2008 - A Colette et Gilou pour le départ de notre résidence